A la une
  • Suspension du trafic sur l'autoroute El Jadida-Safi
    Suspension du trafic sur l'autoroute El Jadida-Safi

    Perturbation de la circulation sur le tronçon autoroutier entre les échangeurs de Jorf lasfar et de Sidi Smail, vendredi de minuit jusqu’à 06H00 du matin.La circulation sur ce tronçon sera suspendue provisoirement dans les deux sens en raison de la pose d’une passerelle piétons, annonce la Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM).Les usagers empruntant l’autoroute dans le sens El Jadida-Safi et se dirigeant vers Safi devront ainsi quitter l’autoroute au niveau de l’échangeur de Jorf lasfar, et emprunter la Route Régionale n°316, puis la Route Nationale n°1.Quant aux usagers empruntant l’autoroute dans le sens Safi – El Jadida et se dirigeant vers El Jadida, ils sont priés de quitter l’autoroute au niveau de l’échangeur de Sidi Smail, et emprunter la Route Provinciale n°3416, puis la Route Nationale n°1.La Société Nationale des Autoroutes du Maroc a procédé à l’installation de panneaux de signalisation aux endroits appropriés pour faciliter la circulation.Pour plus d’informations, ADM met au service des usagers le numéro 5050

  • El Jadida : 5éme édition du Forum de la Mer du 3 au 7 mai 2017 (Programme)
    El Jadida : 5éme édition du Forum de la Mer du 3 au 7 mai 2017 (Programme)

    Le Forum de la Mer, rencontre internationale dédiée au développement durable de la Mer et du Littoral, met le cap sur sa cinquième édition qui se tiendra à El Jadida du 3 au 7 mai 2017.Cette cinquième édition poursuivra son ambition : amener les marocains à mieux connaître la Mer et à prendre conscience de son immense richesse et proposer des solutions concrètes et durables pour le développement, la promotion et la préservation des zones littorales. « La Mer, notre richesse » sera le thème de cette cinquième édition. Résolument tournés vers l’action et vers l’avenir, les ateliers rassembleront de nombreux experts marocains et internationaux afin de mesurer la valeur de la Mer et d’explorer le potentiel de l’économie bleue au Maroc.Les conférences et activités du programme culturel grand public chercheront pour leur part à inspirer, faire rêver en évoquant les valeurs véhiculées par la Mer et la richesse du patrimoine culturel et historique maritime. Voici quelques chiffres qui vous serviront de repère :-        - 71% de la surface du globe est constituée d’eau.-       -  50% de la population mondiale vit à moins de 50km des côtes.-        - 75% des grandes villes sont situées sur les côtes.-       -  90% des marchandises mondiales sont transportées par mer.-       -  30% du pétrole et du gaz mondial est issu de la mer.-         -24 000 milliards de dollars : la valeur estimée du patrimoine océanique.-         -7ème économie mondiale : si l’océan était un pays. Vous trouverez ci-joint le dossier complet de présentation de l’événement ainsi que le programme, vous invitant à venir découvrir le forum et notamment les ateliers d'experts qui auront pour thèmes : - L'économie bleue, enjeux et perspectives- Pour une croissance bleue durable- Pour une croissance bleue contrôlée- Pour une croissance bleue responsable - Pour une croissance bleue innovanteAu programme :Jeudi 4 mai 9h30 à 9h45  ̶   Ouverture : L’économie bleue au Maroc, enjeux et perspectives.9h45 à 11h  ̶  Atelier 1 : Pour une croissance bleue durable.Planifier pour développer durablement le littoral et l’espace maritime.11h15 à 11h45  ̶  Grand témoin.11h45 à 13h  ̶  Atelier 2 : Pour une croissance bleue concertée.Instances et mécanismes de coopération.Vendredi 5 mai9h30 à 9h45  ̶  Ouverture : Un Océan d'inspiration !9h45 à 11h  ̶  Atelier 3 : Pour une croissance bleue responsable.La Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises bleues.11h15 à 11h45  ̶  Grand témoin.11h45 à 13h  ̶  Atelier 4 : Pour une croissance bleue innovante. La Mer, source d’innovation.Pour plus d'information :http://www.forumdelamer.org/

  • El Jadida: L'Institut Superieur d'Ingénierie et des Affaires fête ses premiers lauréats
    El Jadida: L'Institut Superieur d'Ingénierie et des Affaires fête ses premiers lauréats

    L'Institut Supérieur de Génie Appliquée d'El Jadida (ISGA) a fêté dimanche fans une ambiance bon enfant la sortie de ses premiers lauréats en présence d'artistes et de comédiens connus à l'echelle nationale, tels Oumaïma Saadi (De Voce) et l'heureux vainqueur du stand-up, Youssef Ezzaari. Il s'agit de 45 lauréats diplômés, tous et toutes de jeunes cadres ô combien pétris de qualités, d'ambition, de talents et tellement avides de contribuer à l'essor socio-économique de leurs pays et régions....Les lauréats ont tous subi un cursus de formation en Ingénierie et Management étalée sur cinq ans, avec une possibilité de double diplômation intégrant des Masters délocalisés en partenariat avec des universités françaises, permet  d’ouvrir aux étudiants les voies d’accès vers une insertion optimale  dans le monde du travail. Il s'agit surtout des filieres conxernant les Systèmes d'information Audit et Contrôle de Gestion, Ingénieriedes Logiciels et Traitelent d'Images et IIngénierie des Réseaux Informatique et Securité, etc.Installé en septembre 2011 entre Casablanca, capitale économique du Maroc et Jorf Lasfar,un des  grands  ports  d’Afrique, l’ISGA d’El Jadida qui commence à accueillir les fruits de son projet éducatif,  est le septième centre d’un grand  groupe, créé notamment pour renforcer l’image d’une école  supérieure à la renommée nationale, voire internationale puisque riche de plus de 30 ans d’expérience au service des bacheliers et à l’écoute constructive de leurs besoins spécifiques. La direction de l’école est tout  entière acquise à cette dynamique reposant sur un corps enseignant qualifié avec des équipements technologiques de pointe, facilitant l’élaboration des projets et permettant à l’étudiant  de s’acclimater harmonieusement dans le monde de l’entreprise de demain  tablant sur des compétences appropriées et des vertus cardinales attendues de tout futur Ingénieur ou Manager.             Mohamed LOKHNATI

  • JORF LASFAR : LE TRAFIC PORTUAIRE S’INTENSIFIE
    JORF LASFAR : LE TRAFIC PORTUAIRE S’INTENSIFIE

    En 2016 ce trafic atteint plus de 26,091 millions de tonnes, enregistrant une augmentation de plus de 15% par rapport à 2015 où il était de 22,683 millions de tonnes. Le nombre total des navires, ayant transité par le port, a atteint 1.336, contre 1.204, l’année précédente pour une jauge brute globale de plus de 21,33 millions de tonnes. Plus de 26,091 millions de tonnes. C’est le volume du trafic enregistré au niveau du port Jorf Lasfar durant l'année dernière. Ce volume correspond à une hausse de plus de 15% par rapport à celui enregistré en 2015 et qui a atteint 22,683 millions de tonnes. Le nombre total des navires ayant transité par le port a atteint 1.336, contre 1.204, l’année précédente pour une jauge brute globale de plus de 21,33 millions de tonnes. «Les bateaux accostant à Jorf Lasfar sont de plus en plus grands avec des tonnages plus importants», indique Hassou Mohamed, directeur régional Atlantique-Centre de l’ANP (Agence nationale des ports) et directeur du port Jorf Lasfar. Il précise qu’au niveau national, le trafic du port Jorf Lasfar représente actuellement 29%. Dans le détail, le trafic à l’export a atteint 7,6 millions de tonnes en 2016 alors que les importations ont tourné autour de 18 millions de tonnes. Les exportations ont concerné notamment les engrais et l’acide phosphorique de l’OCP vers l’Amérique Latine, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Les importations ont principalement concerné le soufre solide pour OCP, les produits hydrocarbures et GPL, le coke de pétrole pour les cimenteries, la ferraille pour Sonasid et le charbon pour la centrale thermique Taqa. À souligner que la société Mass Céréales a renforcé ses importations pour atteindre 1,27 million de tonnes de céréales en 2016 contre 1 million de tonnes en 2015, affichant ainsi une augmentation de l’ordre de 25%.   Les sociétés pétrolières se multiplient Sur un autre registre, le trafic des hydrocarbures a augmenté de façon exponentielle au port Jorf Lasfar.  Avant 2014, la capacité de stockage à Jorf Lasfar était de 105.000 tonnes. Actuellement, cette capacité qui est de 317.500 tonnes, atteindra 600.000 tonnes à courte échéance, avec la construction actuelle de nouveaux sites de stockage. Il faut noter à ce niveau que de nouvelles sociétés pétrolières sont en train de s’installer dans la société «Inov Pétrole» qui a construit 5 cuvettes pour le gasoil d’une capacité totale de 86.300 m3 et de 2 autres cuvettes pour le super sans-plomb de 10.000 m3. Pour sa part, le projet de «GPL Somacost» est en cours de validation pour l’aménagement de 2 réservoirs sphériques de 14.000 m3 pour le stockage du butane, en plus d’un troisième pour le propane (2.500 m3) et 6 bacs pour le gasoil et le super. De son côté, la SEJ (Société d’entreposage Jorf, résultant d’un partenariat entre Total et Afriquia) a entamé son projet d’extension de ses dépôts d’hydrocarbure en deux phases, pour atteindre à terme une capacité totale de stockage de l’ordre de 255.000 m3. «Cette dernière deviendra, par ce fait, la plus importante infrastructure du genre au Maroc». Actuellement, différentes sociétés sont déjà opérationnelles à Jorf Lasfar. À commencer par la société Petromin qui dispose de dépôts d’une capacité de plus de 80.000 tonnes, sachant aussi que les sociétés Total, Afriquia et Lasfar Gaz sont déjà opérationnelles sur le site. Avec tous les projets en cours de réalisation, Jorf Lasfar est en train de devenir une importante plateforme d’importation de cette ressource énergétique. Aussi, pour cette activité, l’ANP a dédié deux quais du port Jorf Lasfar. Il s’agit du quai 8, concédé à Marsa Maroc, qui assure sa gestion et son exploitation et le quai pétrolier 9 qui est concédé à une société privée (Hydrocarb). L’entrée en service des deux terminaux pétroliers de Jorf Lasfar, vise à répondre aux besoins énergétiques grandissants de la région, qui est devenue le centre de l’industrie lourde du pays. En projet aussi, un nouveau port gazier mitoyen, au nord du port actuel qui comprend 5 postes de gaz liquéfié (GPL). Par ailleurs, des études sont lancées pour le transfert du port de pêche. Ce qui va impliquer de nouveaux réaménagements à l’intérieur du port Jorf Lasfar. D’autres études d’envergure sont aussi lancées pour le prolongement de la jetée principale du port et autres ouvrages portuaires. L’augmentation de l’activité du secteur fait craindre des retombées négatives sans la mise en place d’un système efficace de management environnemental. Pour les observateurs, il est peut-être temps d’activer le Groupement d'intérêt économique (GIE) de Jorf Lasfar, impliquant la communauté portuaire. Pour rappel, un partenariat est établi entre la province d'El Jadida et cinq opérateurs (OCP, ANP, la centrale thermique Taqa, Sonasid et Medz). L'objectif est d'unir les efforts pour, d'une part, améliorer les conditions de mise en œuvre des activités économiques liées à ce pôle industriel et, d'autre part, œuvrer au développement harmonieux et intégré de la région. Ce partenariat prévoit la valorisation et la préservation du site de Jorf Lasfar et la protection de l'environnement du site.

  • El Jadida : Il photographie une mère de 3 enfants et passe au chantage
    El Jadida : Il photographie une mère de 3 enfants et passe au chantage

    Mère de trois enfants, elle est âgée de quarante-sept ans. En fait, Fatima Ezzahra n’a jamais imaginé sa situation face à un escroc doublé d’un maître chanteur, à qui elle a fait confiance.C’était en 2012, quand elle a acheté un lot de terrain, dans la région d’Al Haouzia, pour construire son propre domicile, elle cherchait quelqu’un qui devait se charger de la construction. Par l’intermédiaire d’un proche, elle a fait la connaissance de cet employé qui devait se charger de son projet. Au fil du temps, leur relation de travail s’est développée en relation familiale. Les deux familles ont commencé à se rendre visite. Cette relation amicale va davantage se consolider. En effet, Fatima Ezzahra n’a pas hésité une seconde à prêter une importante somme d’argent à son employé dès que son épouse lui fit part de la crise financière de son époux.Seulement, ce dernier, après quelques mois, disparaît… Il n’a plus donné signe de vie. En apprenant qu’il travaillait dans un chantier de construction situé dans la région de Msawar Rasso, elle l’a rejoint rapidement pour récupérer son argent. A l’intérieur du chantier, l’époux débiteur lui demanda de coucher avec lui. Elle refusa. Il tenta alors de la violer, après lui avoir déchiré tous ses vêtements. Mais, en la dénudant, il l’a photographiée avant de l’abandonner. Quelques jours plus tard, il lui a téléphoné pour lui demander de le rencontrer dans un appartement de son frère, situé au quartier Enajd tout en la menaçant de publier ses photos sur les réseaux sociaux si elle refusait. N’ayant pas d’autre choix, elle lui a cédé. Et il l’a photographiée une fois encore. Après quoi, il a commencé à la faire chanter en lui demandant de lui envoyer des sommes d’argent pour qu’il n’envoie pas ses photos à son mari. Elle lui a versé une somme de 20 mille dirhams. Puis, il lui a demandé une somme de 25 mille dirhams. Ne supportant plus ce chantage, elle a recouru enfin à la police pour porter plainte. Son mari l’a soutenue. Et le mis en cause a été arrêté, mais il a affirmé qu’il entretenait avec elle une relation amoureuse normale et de son plein gré.

  • Zémamra /  3 enfants d'une école coranique trouvent la mort !
    Zémamra / 3 enfants d'une école coranique trouvent la mort !

    La population des Zémamra s'est reveillée ce matin sur un veritable drame ayant coûté la vie à trois enfants âgés entre10 et 14 ans. Les victimes sont originaires des régions avoisinantes et poursuivaient tous leurs études dans une école coranique située à Hay Salam. Elles ont perri suite à un grave incendie qui s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi dans la mosquée abritant leur école. Des témoins affirment avoir vu des flammes géantes ravageant une bonne partie de la mosquée, avant de se propager comme une traînée de poudre vers le dortoir de l'école coranique où dormaient les victimes, y portant de graves dégâts materiel et surtout humain....Un court-circuit serait, selon une source responsable, la cause de ce regrettable sinistre qui a endeuillé toute la ville des Zémamra. Les autorités judiciaires compétentes ont ouvert une enquête pour élucider les circonstances de cet incident et confirmer ou infirmer cette piste.                                    Mohamed LOKHNATI