A la une
  • BAC 2017: Imane Taouil de Sidi Bennour meilleure bachelière au Maroc révèle le secret fe la réussite ...
    BAC 2017: Imane Taouil de Sidi Bennour meilleure bachelière au Maroc révèle le secret fe la réussite ...

    Imane Taouil a réalisé son rêve et celui de ses parents. Elle a décroché le baccalauréat avec une moyenne de 19,31, ce qui fait d’elle la meilleure bachelière du Maroc en 2017. Imane Taouil a obtenu la meilleure note au baccalauréat de l’enseignement public. Cette bachelière a décroché son sésame avec une note moyenne de 19, 31. Native de Sidi Bennour, elle a étudié au Lycée préparatoire Sidi Bennour.   « Le secret de ma réussite, c’est ma foi et ma foi en Dieu», a t-elle confié à le360 qui est allé à sa rencontre dans sa maison où elle était entourée de ses parents. «Je suis très heureuse. Je ne peux pas vous décrire ma joie», affirme sa maman émue aux larmes.

  • L’AFEM LANCE LES PIONNIÈRES DES DOUKKALA
    L’AFEM LANCE LES PIONNIÈRES DES DOUKKALA

    L’objectif est de promouvoir un programme qui a pour objectif de développer et dynamiser l'entrepreneuriat féminin dans la région d’El Jadida. Le projet financé par la Fondation OCP vise entre autres à sensibiliser à terme 800 femmes de la région à l’esprit entrepreneurial.Les femmes s’activant au sein de l’écosystème de l'entrepreneuriat d’El Jadida se sont réunies vendredi dernier. La rencontre a été organisée par l’AFEM (Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc) en partenariat avec la Fondation OCP et l’APEFE (Une association belge pour la promotion et la formation). L’objectif est de promouvoir le programme «Raedat Doukkala» (Pionnières des Doukkala) qui vise à développer et dynamiser l'entrepreneuriat féminin dans la région d’El Jadida.Le projet financé par la Fondation OCP vise entre autres à sensibiliser à terme 800 femmes de la région à l’esprit entrepreneurial avec la création de 30 entreprises par an dont des AGR (Activités génératrices de revenus) et des coopératives. Durant la rencontre, trois projets ont été présentés pour incubation devant un comité représentant l’AFEM, le CRI Casablanca-Settat, la Fondation OCP et la délégation du ministère de l’Industrie d’El Jadida. Le premier projet baptisé «Rapidem» propose des services de déménagement pour les particuliers. Le deuxième projet consiste en la réalisation d’une école privée, avec maternelle, primaire et collège alors que le dernier envisage la mise en place d’une société d’import et de distribution de vêtements de femmes. «Par ailleurs, une compétition a été lancée pour les start-up féminines dans les domaines des projets innovants, de l’économie solidaire et le green business», indique Khounti Fatimzahra, de l’AFEM. L’appel à candidatures a été lancé le 5 juin dernier et sera clos le 5 juillet prochain. La sélection finale permettra d’accorder le premier prix à l’heureuse élue qui bénéficiera d’un voyage professionnel d’échange pour présenter son projet en Europe ou en Amérique du Sud. Le deuxième prix étant de 20.000 DH et le troisième de 10.000 DH. De plus, les 3 gagnants vont bénéficier d’un coaching gratuit pendant une période de 18 mois.

  • BAC 2017: Imane Taouil de Sifi Bennour, meilleure bachelière au Maroc avec 19.31 de moyenne
    BAC 2017: Imane Taouil de Sifi Bennour, meilleure bachelière au Maroc avec 19.31 de moyenne

    Elle s'appelle Imane Taouil. Elle a obtenu la meilleure moyenne au niveau national (19,31) au terme de la session ordinaire de juin 2017.AAAvec une note moyenne de 19,31, Imane Taouil est la meilleure bachelière du Maroc. Originaire de Sidi Bennour, la jeune femme suivait sa scolarité dans un lycée public et avait opté pour la branche des Sciences physiques, selon les sources du site Alyaoum24 et le360.ma Une note excellente mais qui reste par ailleurs inférieure à celles obtenues en 2014, 2015 et 2016 respectivement par Houda Naybi, Ynass El Mouataz Billah, et Nihal Chahbar qui avaient décroché le précieux sésame avec les notes de 19,45 et 19,46, et 19,32. Pour rappel, 156.042 candidats scolarisés dans l'enseignement public et privé ont décroché leur baccalauréat au titre de la session ordinaire de juin 2017, soit un taux de réussite de 50,28 %.Plus de 100.000 lauréats sont issus des branches scientifiques et techniques et près de 56.000 des branches littéraires. 

  • Baccalauréat 2017 : 50,28 % de réussite pour la session ordinaire
    Baccalauréat 2017 : 50,28 % de réussite pour la session ordinaire

    Un total de 156.042 Candidats scolarisés dans l’enseignement public et privé ont réussi leur baccalauréat, au titre de la session ordinaire de juin 2017, avec un taux de réussite de 50,28 % contre 49,15 % au terme de la même session 2016, soit une hausse de 1,13 %, a annoncé mardi le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.Le nombre de candidats scolarisés dans les branches scientifiques et techniques a atteint 100.244, soit un taux de réussite de 52,78 %, alors que dans les branches littéraire et originelle, 55.719 candidats ont décroché leur diplôme, avec un taux de réussite de 46,33 %, précise le ministère dans un communiqué.Concernant les cycles du baccalauréat international marocain, le nombre de lauréats a atteint 7.745, soit un taux de réussite de 97,09 % et 79 candidats pour le baccalauréat professionnel avec un taux de 55,63 %, ajoute la même source.Le ministère a rappelé que 310.340 candidats et candidates scolarisés se sont présentés pour passer les examens au terme de cette session ordinaire.Le nombre de candidats libres est de 7.649, avec un taux de réussite 18,17 %, souligne le communiqué, faisant observer que le taux de présence dans cette catégorie n’a pas dépassé 59 %.Le ministère relève que 1.770 cas de fraude ont été enregistrés cette année contre 3.777 durant la même session en 2016, soit une baisse de 53%.Par ailleurs, plus de 156.124 candidats sont autorisés à passer la session de rattrapage qui aura lieu les 11,12 et 13 juillet, soit un taux de 38,91 % du total des candidats présents, indique le communiqué.Le ministère a salué l’engagement de l’ensemble du personnel de l’éducation et de la formation pour la réussite de toutes les étapes de cette échéance nationale, et leur grand soutien pour l’activation de nouveaux mécanismes adoptés dans les processus de correction et de saisie des notes.Le ministère a de même loué les efforts déployés par les autorités publiques et les services de sécurité pour assurer le déroulement de ces examens dans de très bonnes conditions, saluant également la contribution des médias nationaux à suivre cet important rendez-vous.

  • 10e édition du Salon du Cheval d’El Jadida du 17 au 22 octobre 2017
    10e édition du Salon du Cheval d’El Jadida du 17 au 22 octobre 2017

    Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la 10e édition du Salon du Cheval se déroulera à El Jadida, au Parc d’Exposition Mohammed VI, du 17 au 22 octobre 2017, sous le thème “ Le Salon du cheval : Dix ans de fierté et passion ”.Célébrant le 10e anniversaire de son engagement en faveur du développement de la filière équine marocaine et de la préservation du patrimoine national culturel lié au cheval, le Salon a choisi de faire de cette édition un moment de célébration destiné à mettre en valeur le travail effectué par l’Association du Salon du Cheval en vue de valoriser la richesse et la très grande diversité des traditions équestres marocaines ainsi que le savoir-faire exceptionnel des artistes locaux.Cette dixième édition sera également l’occasion pour le Salon de poursuivre ses efforts en matière de coopération internationale dans le domaine du cheval en mettant à l’honneur le Qatar, dont les traditions équestres sont reconnues au niveau international et qui partage, avec le Maroc la même passion pour le cheval. De nombreux temps forts émailleront ainsi les six jours que durera le Salon. En plus des compétitions sportives de haut niveau, comme le Show International A Pur-Sang Arabe, la Coupe des Éleveurs Marocains de Chevaux Arabes, le Concours National des Chevaux Arabe-Barbes, le Championnat International des Chevaux Barbes, les Concours Internationaux de Saut d’Obstacles 1* et 3*W, comptant pour la qualification à la Coupe du Monde et constituant la troisième étape du Morocco Royal Tour, le Salon proposera un espace qui sera dédié à la Tbourida avec la participation de sorbas représentant différentes régions du Maroc dans le cadre de la deuxième édition du Grand Prix de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI de Tbourida.     Le Salon accordera par ailleurs une place privilégiée aux activités équestres ludiques, qui seront valorisées à travers un concours de poneys et un concours d’art pour jeunes talents, tous deux organisés au sein du village pour enfants. Des présentations de spectacles équestres par la Garde Royale, la Gendarmerie Royale, la Direction Générale de la Sûreté Nationale, les Forces Armées Royales et de l’École d'Art Équestre de Marrakech ainsi que de grandes troupes internationales seront conviés à cette occasion. Poursuivant son engagement en faveur du développement de la recherche dans les domaines scientifiques et culturelles, en relation avec le Cheval. Le Salon réunira, en outre, la communauté des professionnels dans le cadre de conférences et de séminaires autour de l’actualité de la filière équine. 

  • Campagne betteravière Doukkala: Environ 55% de la quantité de betterave livrée réceptionnée...!
    Campagne betteravière Doukkala: Environ 55% de la quantité de betterave livrée réceptionnée...!

    La culture de la Betterave à sucre revêt à côté d’autres filières agricoles qui caractérisent la région Casablanca-settat, telles les viandes rouges et blanches, le lait et les céréales, une importance capitale. Devenue très performante au niveau de la région qui possède d’importantes potentialités hydriques et un grand savoir-faire des agriculteurs (20.000 agriculteurs selon les estimations), la production du sucre qui contribue avec plus de 40% de la production nationale, a presque doublé ces cinq dernières années, au moment où la superficie a augmenté uniquement de 10%. Profitant d'une campagne d'arrachage qui bat déjà son plein dans la région Doukkala, nous avons pris contact avec Said ZAAM, directeur de la Division Agronomique de la Sucrerie Doukkala, qui a bien voulu jeter toutes les lumières sur le déroulement les circonstances. En voici d'ailleurs les grands angles:- 55% de la quantité de betterave livrée réceptionnée !Lancée depuis le début du mois d'Avril, la campagne d'arrachage de la betterave avance dans de binnes conditions dans la région Doukkala. La Betterave livrée, réceptionnée et traitée à ce jour dépasse 800.000 tonnes , soit 55% de la quantité prévue. La  capacité de traitement est de l’ordre de 15.000 tonnes par jour extensible jusqu’à 18.000 tonnes pendant le pic de la transformation. A l'instar des campagnes précédentes, le revenu de l'agriculture est en nette progression et dépasse 40.000 DH à l'hectare. Cette année la sucrerie assure quelques 100.000 heures par Jour dé travail pour les employés et journaliers de l'usine.  La fin de la campagne est prévue fin Juillet. Il faut dire que la culture de la betterave à sucre bénéficie d’un suivi rigoureux assuré par un comité technique entre différents intervenants, particulièrement l’ORMVAD, Cosumar et l’Association des producteurs de la betterave à sucre. Cependant des efforts sont engagés, notamment en termes de gestion, d’encadrement et de nouvelles technologies. À commencer par l’introduction de nouvelles technologies en matière de semence, la mécanisation (généralisation de la mécanisation du semi), la rationalisation et la programmation de la fertilisation et la bonne planification de l’irrigation et ce dans le but d’obtenir des performances techniques, etc. Par ailleurs, la campagne betteraviere de cette saison a été marquée par l'anticipation de la sucrerie à éviter les erreurs du passé en terme de lutte phytosanitaire contre toute sorte de champignons constituant un danger pour la santé de la betterave. La sucrerie a en effet pris toutes les mesures nécessaires dans certaines zones de production les plus susceptibles, à savoir Zémamra et Gharbia, en procédant à l'arrachage tôt de la betterave, ce qui a permis d'eviter la propagation de la maladie dans ces zones importantes qui représentent près de 60% de la production totale de la région.- Les rejets liquides et la rationalisation de la consommation de l’eau réduits d’environ 86%La  protection de l'environnement et des ressources naturelles sont au coeur de la stratégie de développement durable que prônent les responsables de la Compagnie Marocaine Sucrière Marocaine (Cosumar). Ces derniers veillent en effet à ce que l'ensemble de sites industriels prennent l'engagement d'appliquer les critères environnementaux dans leurs opérations quotidiennes. La dimension environnementale est au centre de la stratégie RSE. Conformément aux engagements pour la préservation de l’environnement et l’optimisation de l’utilisation des ressources naturelles, d’autres investissements récents se sont concrétisés représentant une enveloppe de 40 millions de dirhams. Ces efforts ont permis notamment la maîtrise des rejets liquides et la rationalisation de la consommation de l’eau qui a été réduite d’environ 86% . Le mode opératoire de Cosumar repose sur la modernisation de l'outil de production, dans le sens où l'industriel a opté pour les nouvelles technologies dites «propres» et économiques en énergie. Ainsi, deux nouvelles chaudières à vapeur et un nouveau turbo-alternateur à haute performance seront opérationnels dès la campagne 2017. Les chaudières seront équipées de systèmes de traitement des émissions gazeuses ultra modernes en conformité avec les exigences les plus strictes dans le domaine et le turbo-alternateur permettra d’accroître nos performances en efficacité énergétique. Ces projets ont nécessité l'intervention de plus de 15 entreprises dans tous les corps de métier dont 13 entreprises locales  et plus de 300 personnes ouvriers techniciens et ingénieurs présents en permanence dans le chantier pendant près de 2 ans.- Le Plan Maroc Vert, un impact favorable !C'est ce que nous confirme en effet Said ZAAM. Le Plan Maroc Vert a aussi favorablement impacté la bonne réalisation du secteur, en particulier au niveau de l’organisation de la filière à travers le système d’agrégation. Ainsi, les performances, d’ordre techniques et de rendements, réalisées, sont le fruit des efforts conjugués des différents partenaires dans la filière de la betterave sucrière pour la réussite de la campagne betteravière. Les partenaires impliqués dans la culture de la betterave à sucre sont, d’une part l’ORMVAD (Office régionale de mise en valeur agricole des Doukkala).Ce dernier assure le suivi, l’encadrement et la supervision des différentes opérations depuis le labour jusqu’à l’arrachage et la programmation des opérations de semis, la fourniture et la rationalisation de l’eau d’irrigation en plus de la fertilisation, du traitement et de l’arrachage ainsi que le suivi de la campagne agricole. Pour sa part, Cosumar, en tant qu’agrégateur, assure la fourniture aux producteurs de tous les facteurs de production. Ces facteurs sont les semences, les fertilisants, les produits phytosanitaires. C’est l’usine qui supervise la programmation des opérations de semis, d’arrachage et la mise à la disposition des agriculteurs des moyens logistiques pour le transport de leurs productions à l’usine. Cosumar s’occupe en plus du paiement des agriculteurs dans de bonnes conditions.- Un engagement citoyen et solidaire permanent !L’engagement citoyen et solidaire se place au cœur du plan de développement de la filière sucrière. Outre le fonds de solidarité pour les agriculteurs permettant de faire face aux effets événements naturels excèptionnels et majeurs, Cosumar est allée encore plus loin en prônant des actions sociales de proximité en guise de récompense à ses meilleurs producteurs de betterave à sucre de la région. La sucrerie des Doukkala gratifie chaque année ses producteurs de betterave de nombreuses actions de motivation. Cette initiative louable a en effet permis l'année dernière à 5 bacheliers et bachelières de pouvoir bénéficier du prix ''lauréat-Cosumar'' évalué à 10.000 dirhams chacun. La sucrerie à également offert à 9 couples des meilleurs betteraviers la possibilité de pouvoir effectuer la Omra et à de nombreuses femmes du rural le moyen de pouvoir acquérir des fours électriques, cocottes et autres ustensiles de cuisine. ..  Il s' agit pour Cosumar de consenir tous les efforts nécessaires pour respecter, promouvoir et défendre les principes de la responsabilité sociale et du développement durable. L’entreprise est ainsi reconnue comme acteur socio-économique régional, responsable et engagé, créateur de richesses, de valeur et de travail pour les cinq zones rurales où il est implanté et pour plus de 80.000 agriculteurs dont il est agrégateur au Maroc. Le groupe compte poursuivre son rôle d’agrégateur de la filière sucrière visant la hausse de la production locale, l’assistance et l’accompagnement des agriculteurs et ce , dans le but de répondre aux besoins croissants du marché national.                    Mohamed LOKHNATI 

a